fond international MISAME

FONDS  INTERNATIONAL de MUSIQUES  ÉLECTROACOUSTIQUES CONSTITUÉ  PAR  L’IMEB   de 1970 à 2010

 6612 musiques  

de  1946  compositeurs  

de  63  pays

Une réalisation de  MISAME

logo MISAME

@  MISAME  2013 / 2016

Le  FONDS  MISAME

Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts

en Musique Electroacoustique

est une Anthologie regroupant des œuvres provenant des Collections de Musique Electroacoustique constituées par l’IMEB au cours de ses quarante années d’activité 1970-2010.

Ces Collections ont été transférées à MISAME qui en assure désormais la pérennité, la valorisation et la communication.

Cette Anthologie, dont la réalisation a été engagée à son commencement dans une collaboration IMEB / MISAME, a été achevée par MISAME seule.

Les œuvres de cette Anthologie sont représentatives des styles, esthétiques et genres musicaux, des techniques de réalisation et du développement historique dans 63 pays.

C’est pourquoi Le FONDS MISAME, en tant que corpus d’œuvres à l’usage des étudiants, compositeurs, chercheurs et musicologues, est aujourd’hui diffusé à l’international via un réseau d’Antennes. (Il est par contre référencé à la Bibliothèque nationale de France sous le nom de FONDS IMEB, les premiers  dépôts  y  ayant été effectués à l’époque où l’IMEB était opérationnel).

Au cours de 40 années de création et de diffusion internationales de l’IMEB, Françoise Barrière et Christian Clozier, ses directeurs, développèrent le projet de constituer une phonothèque internationale dans le but de sauvegarder et transmettre  les œuvres créées  dans les studios de l’IMEB ou déposées par les compositeurs lors de leurs participations au Festival Synthèse ou aux Concours de Bourges. Ainsi fut constituée une phonothèque de quelques 14 949 musiques de 4 863 compositeurs de 82 pays dont 6612 œuvres de 1946 compositeurs de 63 pays ont été numérisées. L’ensemble est répertorié en bases de données musicologiques : biographies, présentations des œuvres, portraits, caractéristiques musicales et techniques. La collection est complétée de quelques 1 080 partitions d’œuvres mixtes

En 2004, Françoise Barrière et Christian Clozier présentèrent à la Bibliothèque nationale de France www.bnf.fr/ un projet pour la création d’un Fonds musical international, considérant qu’il serait ainsi pérennisé (dans un processus constant de préservation et d’évolution de support) et communiqué aux chercheurs et musicologues. Son Président, Jean Noel Jeanneney, y fut favorable tout comme son successeur Bruno Racine. Une association fut créée : la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique – MISAME. www.misame.org/

Une campagne débuta pour une nouvelle numérisation (en 24 bits, les collections étant alors en 16 bits)) des originaux et un transfert des DAT et CD. Dans l’infaisabilité que l’ensemble du catalogue soit  traité, Françoise Barrière et Christian Clozier  établirent deux répertoires : l’un (Phonothèque B) regroupant l’ensemble des œuvres réalisées dans les studios IMEB  (764 de 273 compositeurs  de 41 pays), et l’autre (Phonothèque A) , dite Extérieure, 5848 musiques de 1918 compositeurs de 62 pays) constituée des prix et mentions des 36 Concours et d’une sélection représentative (malheureusement non exhaustive) d’œuvres créées aux Festival Synthèse, d’œuvres déposées par les compositeurs, conjuguant intérêt musical, technique et historique. Par un appel aux compositeurs, des compléments de leur propre catalogue furent intégrés. Un Fonds de 6 612 musiques  de 63 pays fut ainsi constitué de 2004 à 2011 et déposé à la BnF pour pérennisation et communication.

L’opération fut menée sous la conduite de l’IMEB, et de MISAME avec le partenaire BnF qui prit en charge le transfert des supports DAT. Puis en 2007 fut établie, à l’initiative de son directeur Gérald Bennett,  une collaboration avec l’ICST (Institute for Computer Music and Sound Technology de l’ University of the Arts de Zurich) qui porta sur le transfert de CD et de données textes numériques ainsi que pour la numérisation de certains supports analogiques. (www.icst.net/). La collaboration fut poursuivie par son successeur German Toro Perez. L’IMEB, quant à lui, effectua l’essentiel des numérisations d‘œuvres analogiques, le collectage de données, la synchronisation entre partenaires, le traitement des éléments documentaires et musicologiques ainsi que leur mise en catalogue.

L’IMEB ayant disparu administrativement en juin 2011, ses Collections ayant été transférées à MISAME, celle-ci en assure dorénavant la gestion, le développement  et la diffusion. A cette fin elle développe un réseau d’Antennes internationales : constituées à ce jour l’Institute for Computer Music and Sound Technology/ ICST de Zurich (Suisse), l’Université Nationale de Cordoba/UNC (Argentine), l’Electroacoustic Music Association of China/ EMAC CNSM de Pékin (Chine), à l’Université de North Texas/ UNT  à Denton (USA).

Est en cours (2016) la constitution d’une Antenne au Zentrum für Kunst und Medien ZKM/ Karlsruhe (Allemagne). Sont en discussion l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, le Québec, la Suède …

Pour le montage du projet, les partenaires et soutiens ont été : Marie France Calas, puis pour la BnF Isabelle Giannattasio, Elizabeth Giuliani, et pour l’ICST Gerald Bennett. Les principaux collaborateurs ont été les mêmes ainsi que Pascal Cordereix, Pierre Echegaray à Paris, Nathalie Delaume, Rachel Perruchon,  Joaquim Barrège, André Fève à Bourges, Lucas Bennett à Zurich.

La BnF (Département Audiovisuel et Département Musique) a reçu également l’ensemble des archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographique et administratives de l’IMEB. Le studio historique « Charybde » de recherche et composition (40 années d’évolution technologique) a été transféré au musée Charles Cros de la BnF, musée dédié aux instruments de reproduction sonore.

L’ensemble de ces éléments y seront écoutables, consultables et visitables .

Gmeb

IMEB